Retour sur la Fête de l’agriculture paysanne du 15 sept 2018

l’Adear a animé une rencontre autour des dynamiques territoriales face aux enjeux de la transmission, où sont venus témoigner Gilbert CHABAUD, maire de St Pierre de Frugie (24450) et Christian LEDUQUE, président de la SCIC Terres en Chemin d’Alloue (16 490) et de l’Association Champs du partage (Espace test en Poitou Charentes).

Face à un nombre croissant de départ à la retraite des agriculteurs en Limousin, la question de la transmission des fermes devient une priorité pour les territoires ruraux ! En effet, les paysans sont non seulement des acteurs de l’économie mais sont aussi des acteurs du développement local : des créateurs d’emploi et de valeur ajoutée qui contribuent  au maintien d’un tissu social et rural vivant. Les participants venus échanger sur le sujet en étaient tous convaincus ! Mais comment faire pour trouver des repreneurs ? Comment faire pour que les fermes soient nombreuses et ne partent pas toutes à l’agrandissement de quelques-uns ?

A St Pierre de Frugie, la municipalité a misé sur plusieurs actions pour rendre attractive sa commune : des initiatives pour améliorer le cadre de vie (rénovation du petit patrimoine, réhabilitation des chemins de randonnées…), maintenir la biodiversité (gestion écologique des routes et espaces verts, implantation de nichoirs…), encourager les activités locales (mise au norme du restaurant communal, mise à disposition d’un local pour les producteurs locaux…) ou encore accueil de nouvelle population sur la commune (réunions d’accueils, réouverture d’une école avec cantine bio et locale…). Et alors que la petite commune perdait des habitants jusqu’en 2015, elle a accueilli en 2018 plus de 80 nouveaux habitants (sur 380 en 2015). Des habitants qui pour beaucoup créent leur activité sur place et/ou participent à la dynamique collective.

A Alloue, c’est une autre dynamique qui a été impulsée. Suite aux dernières élections, une commission agricole a été lancée par le conseil municipal. L’objectif étant d’apporter des réponses à une question primordiale : comment favoriser l’installation de nouveaux agriculteurs sur le territoire ? Une réserve foncière, abondée par des apports volontaires, a été constituée sous forme d’une SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) nommée Terres en Chemin. La mairie puis des fermiers partant à la retraite ont apporté des terres à la SCIC. En parallèle, l’association du Champs du Partage (Espace Test Agricole) a été créée pour mettre à disposition ces terres (notamment) à des futurs paysans pour qu’ils puissent s’y tester, puis les reprendre. L’objectif est que les porteurs de projet soient accompagnés dans la construction de leur projet, la création de réseaux locaux et débouchés, pour qu’ils aient envie de s’installer sur le territoire.

Ces expériences ont donné des idées et des pistes d’actions à la quarantaine de participants présents aux discussions. Des pistes, car il n’y a pas une seule et unique solution transposable à tous les territoires : il faut s’adapter et surtout il faut se lancer !

Toutes les forces vives d’un territoire, élus et citoyens motivés, paysans engagés, ou encore consom’acteurs, sont les moteurs de la dynamique locale et de l’attractivité du territoire !

 

Élections Chambres d’agriculture : Inscriptions

Pour pouvoir voter en janvier 2019 aux élections professionnelles, vous devez vérifier votre inscription sur les listes électorales avant le 15 septembre !

Faîtes vite !

Quoi faire concrètement ? 
  1. Pour celles/ceux qui ont déjà voté en 2013 dans leur département, rien de particulier à faire ! (sauf si vous souhaitez être électeur voire candidat dans un autre collège dans ce cas, il faut en faire la demande par écrit, courrier A/R au Préfet)
  1. Pour les personnes dont la situation est nouvelle ou a changé (nouveaux installés, conjoint d’exploitation récent, aide familiale nouvellement embauché, paysans qui a déménagé son siège d’exploitation …), il est important de demander votre inscription sur les listes électorales du collège de votre choix* avant le 15 septembre (mais en priorité le Collège 1 « Chefs d’exploitation et assimilés », si vous en remplissez les conditions !)

soit :

Pour quoi faire ? Pourquoi voter ?

Organisées tous les 6 ans, les élections aux chambres d’agriculture de vos départements sont très importantes ! Ne ratez pas le coche !

  • au niveau local : elles permettent d’élire les représentant-e-s qui seront aux manettes des Chambres d’agricultures en Limousin et de notre région Nouvelle Aquitaine !

Elles permettront donc de choisir qui pilotera les services rendus aux agriculteurs locaux, les mesures de développement agricole locales, etc

  • au niveau national : Plus le syndicat fait un gros score, plus ses propositions politiques seront prises en compte par les pouvoirs publics et dans les politiques agricoles !

Vous souhaitez plus de renseignements sur les élections chambres, plus de détails sur les différents collèges, ou encore plus d’informations sur les actions syndicales de la Confédération Paysanne en Limousin ? Contactez-nous :
Adear Limousin : 05 87 50 41 03 – contact [at] adearlimousin.com
Confédération Paysanne Limousin : 05 87 50 41 19 – cplimousin [at] gmail.com

SOIRée Rencontre

Que faire face a la tuberculose bovine ?

Vous êtes préoccupés des conséquences liées à la détection de la tuberculose bovine dans votre troupeau. Vous vous demandez ce que peuvent faire collectivement les producteurs bovins face à la tuberculose bovine.

L’ADEAR et la Confédération Paysanne du Limousin vous proposent une première soirée de témoignage et d’échanges pour réfléchir ensemble sur les actions à mettre en place et comment gérer les foyers.

RDV le Mardi 11 Septembre à 19h30 à l’espace Vire-Vent de Dournazac (87)

Au programme :  intervention de la DDCSPP et du GSD de la Haute-Vienne, suivi d’un groupe de travail de producteurs de la Dordogne, un apéritif sera offert.

Inscriptions auprès de l’Adear Limousin : contact [at] adearlimousin.com ou 05 87 50 41 03

Changement d’horaires – Demi-journée rencontre

ATTENTION modification ! Rencontre sur une demi-journée !

Diviser une grande ferme pour permettre plusieurs installations

Vous êtes nombreux à souhaiter vous installer en agriculture mais n’avez besoin que de 2 ha jusqu’à 30 ha. Toutes les fermes à vendre sur les territoires qui vous intéressent sont trop grandes pour vous. Vous vous demandez comment acheter une ferme à plusieurs.

Certains d’entre vous cherchent à monter un projet collectif comprenant une activité agricole, et sont à la recherche de personnes dans la même démarche.  Où rencontrer ces autres personnes ?

L’ADEAR Limousin vous propose une demi-journée d’échanges pour vous rencontrer  et réfléchir concrètement ensemble sur ces démarches, plus ou moins collectives.

RDV à 13h30 au GAEC Champs libres à Trasrieux, Saint-Julien-le-Petit (87)

Au programme : temps de présentation animés, visite d’une ferme appliquant les notions de collectif, intervention d’un.e salarié.e de la Safer sur les outils permettant de candidater à plusieurs à l’achat de foncier agricole,  témoignages de paysans et paysannes, apéro offert !

Inscriptions auprès de l’Adear Limousin : adear.lim [at] gmail.com ou 05 87 50 41 03

Journée Rencontre

Diviser une grande ferme pour permettre plusieurs installations

Vous êtes nombreux à souhaiter vous installer en agriculture mais n’avez besoin que de 2 ha jusqu’à 30 ha. Toutes les fermes à vendre sur les territoires qui vous intéressent sont trop grandes pour vous. Vous vous demandez comment acheter une ferme à plusieurs.

Certains d’entre vous cherchent à monter un projet collectif comprenant une activité agricole, et sont à la recherche de personnes dans la même démarche.  Où rencontrer ces autres personnes ?

L’ADEAR Limousin vous propose une journée d’échanges pour vous rencontrer  et réfléchir concrètement ensemble sur ces démarches, plus ou moins collectives.

Au programme : temps de présentation et de rencontres animés, visite d’une ferme appliquant les notions de collectif, repas partagé, intervention d’un.e salarié.e de la Safer sur les outils permettant de candidater à plusieurs à l’achat de foncier agricole,  témoignages de paysans et paysannes, apéro offert !

Inscriptions auprès de l’Adear Limousin : adear.lim [at] gmail.com ou 05 87 50 41 03

Porteurs de projet : le fonds Vivéa se désengage !

Suite à son dernier Conseil d’administration, et sous la pression d’autres syndicats agricoles majoritaires, Vivéa se désengage de la prise en charge des formations courtes pour les porteurs de projet. La Confédération Paysanne, représentée dans cette instance, essaie de faire entendre sa voix. Vous trouverez ici leur communiqué de presse.

N’hésitez pas à nous transmettre des témoignages écrits listant les formations que vous avez pu suivre pendant votre parcours à l’installation, financées par le fonds Vivéa, ce que cela vous a apporté dans votre installation et pourquoi cela était pertinent de les suivre en amont de votre installation. Ces témoignages du terrain apporteront du concret à notre argumentaire. Merci d’avance de votre mobilisation !

Témoignages à envoyer à adear.lim (at) gmail.com

Les manoeuvres délétères d’un syndicat agricole ou comment ne pas relever les enjeux pourtant cruciaux du secteur

 

 

 

Limoges, le 15 juin 2018

Communiqué de presse

Le 13 juin, le syndicat Jeunes Agriculteurs (JA) réunissait, après un ersatz de concertation, une partie des acteurs du monde agricole pour intégrer une nouvelle association régionale, CAPITAIN. L’objectif affiché : « coordonner la politique d’installation transmission » à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine ! La Confédération paysanne et l’Ardear Nouvelle-Aquitaine, ont refusé d’intégrer cette structure et dénoncent une manoeuvre grossière orchestrée par les JA.
Ces derniers se présentent aujourd’hui comme « acteurs incontournables » de l’installation agricole, ou devrait-on dire de l’échec de l’installation agricole ? Depuis 60 ans que les JA, en lien étroit avec la FNSEA, pratiquent la co-gestion avec les décideurs politiques, quels résultats pour le monde agricole ? Une perte de 3 millions de paysans et paysannes en 50 ans et des défis économiques et écologiques qui paraissent insurmontables à ceux et celles qui subsistent, tant les choix opérés les ont conduits dans l’impasse !
Laisser la politique d’installation transmission aux mains des JA et de leurs partenaires privilégiés (FNSEA, chambre d’agriculture, banques…) fait rimer installation avec agrandissement des fermes et diminution du nombre de paysans !
Alors que les citoyens plébiscitent une autre forme d’agriculture (agriculture paysanne, projets collectifs et associatifs, en circuits courts, en agroécologie ou bio, ou encore portés par des personnes non issues du milieu agricoles), ces mêmes « acteurs incontournables » mettent tout en oeuvre pour limiter son développement et empêcher un accompagnement adapté de ces nouveaux porteurs de projet.

A l’heure où s’annonce une vague massive de départs en retraite dans le monde agricole (3000 en Nouvelle-Aquitaine sur la seule année 2016 et le chiffre grimpe chaque année), les JA campent sur leurs positions et promeuvent les installations « aidées » comme ultime solution à la problématique du renouvellement des générations. Pourtant les installations aidées représentent moins d’un tiers* des installations en France et sont peu accessibles aux projets précités.

Le calcul est rapide : toujours plus d’agrandissement des fermes et toujours moins de paysans !

Face à cette volonté de mainmise illégitime sur la politique d’installation régionale et à la menace qu’elle fait peser sur la paysannerie et les campagnes, la Confédération paysanne et l’Ardear Nouvelle-Aquitaine appellent les pouvoirs publics à réaffirmer leur rôle : piloter la politique d’installation transmission de la région en garantissant à TOUS les acteurs une représentation équilibrée dans les processus de concertation et un soutien à la hauteur de leur contribution.


Pour info : Les structures invitées à constituer l’association CAPITAIN sont (1 titulaire par structure): JA NA (2 représentants dont le président de l’association), FNSEA NA, Coordination Rurale NA,  Confédération Paysanne NA, ARDEAR NA, FRCUMA, Chambre Régionale d’Agriculture NA, Chambre Départementale d’Agriculture – 1 représentant pour chaque CDA ! -, MSA, SAFER NA, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Banque Populaire, Groupama, Service de Remplacement NA, COOP de FRANCE NA, GAEC et Sociétés.

* Source : présentation CRIT du 06-04-2018 et Observatoire régional « Installation Transmission » 2018 des Chambres d’Agriculture Nouvelle-Aquitaine